NL | FR | EN | DE
Contact | Actualités | Lettre d'information | Recherche avancée     .be
Vers la page d'accueil
Chercher

Dérive salariale en Belgique depuis l’instauration de la norme salariale

Il est question de dérive salariale lorsque l’évolution salariale effective s’écarte de l’évolution salariale conventionnelle. Le volet descriptif de la recherche donne une idée de l’évolution des salaires conventionnels et des salaires effectifs au cours de la période 1997-2006 pour 37 commissions paritaires. L’évolution conventionnelle se limite aux CCT sectorielles. Le volet analytique cherche à expliquer la dérive salariale. Les facteurs qui donnent lieu à une dérive salariale sont regroupés en cinq domaines : facteurs conjoncturels, caractéristiques des travailleurs, caractéristiques des entreprises, caractéristiques institutionnelles de la structure salariale et caractéristiques institutionnelles de la concertation sociale. Nous vérifions tant l’effet de la répartition de ces caractéristiques que de l’évolution.
Pour toute la période 1997-2006, les évolutions salariales brutes, qu’elles soient conventionnelles ou effectives, restent en moyenne dans les limites définies par la norme salariale fixée au niveau interprofessionnel. La dérive salariale agrégée est aussi très limitée. Entre 1996 et 2006, les salaires effectifs ont augmenté de 29%, seulement 2 points de pourcent en plus que les salaires conventionnels qui ont, eux, augmenté de 27%. L’évolution salariale effective paraît donc être en phase avec l’évolution conventionnelle. Cet équilibre cache toutefois de grandes différences sectorielles. Au cours de chaque période de programmation, nous trouvons tant des commissions paritaires avec une dérive salariale positive forte que des commissions paritaires avec une dérive salariale négative ainsi que des commissions paritaires où les deux concordent. La dérive salariale est un indicateur fort du dépassement de la norme salariale.
L’analyse explicative, au niveau sectoriel, de la dérive salariale moyenne trouve une série de liens faibles, avec toutefois 3 grandes tendances qui se dessinent : 

  • tout d’abord, il y a un effet cyclique de la dérive salariale. Les évolutions macro-économiques créent des conditions permettant l’apparition d’une dérive salariale. Ceci apparaît surtout être le cas en période de haute conjoncture.
  • deuxièmement, nous trouvons un effet de tendance de composition. ‘L’upgrading’ des travailleurs donne une certaine impulsion aux salaires effectifs. L’augmentation du taux de formation et une évolution des âges au delà de la moyenne vont dans ce sens.
  • troisièmement, il y a un effet structurel. Nous avons constaté que la dérive salariale apparaît de façon plus marquée en fonction de la présence de grandes entreprises et de négociations décentralisées. Ceci s’explique en partie par l’absence de données sur les accords salariaux au niveau des entreprises dans l’indice des salaires conventionnels.

Auteurs: Sem Vandekerckhove, Caroline Vermandere en Guy Van Gyes
Date de publication: 2010
Publication: Loondirft in België sinds de invoering van de loonnorm. Het verschil tussen de conventionele en effectieve brutoloonevoluties sectoraal geanalyseerd (PDF, 852 KB)
 

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale - Conditions d'utilisation - Politique de confidentialité - Plan du site

AnySurfer, label de qualité belge pour les sites web accessibles