NL | FR | EN | DE
Contact | Actualités | Lettre d'information | Recherche avancée     .be
Vers la page d'accueil
Chercher

2011 - Performance de l'organisation et bien-être au travail: enquête dans les entreprises

Thème principal

Le bien-être au travail est-il un facteur de performance organisationnelle ?
Une étude multi-niveaux au sein d’entreprises belges

Sous-thème

En 2009, le contractant, à la demande du donneur d'ordre, a remis un rapport de recherche intitulé Bien-être au travail et performance de l’organisation, Revue de la littérature et pistes de recherche, Nathalie Delobbe, professeur Université catholique de Louvain, Louvain School of Management, janvier 2009.Ce rapport de recherche basée sur une revue de la littérature formulait des hypothèses importantes sur la relation entre le bien-être au travail et les performances de l'organisation. La présente étude a pour but de tester empiriquement les hypothèses qui se dégagent de cette littérature quant au lien entre bien-être au travail et performance de l’organisation.

En conséquences, les objectifs de cette étude sont de:

  • Analyser, dans un dispositif de recherche multi-niveaux, les effets de ces différentes dimensions du bien-être retenues notamment par l’instrument VOW/QFT sur des indicateurs individuels et organisationnels de performance,
  • Identifier les caractéristiques organisationnelles, en particulier celles mesurées par les modules « Aspects psychosociaux », «  Aspects physiques des conditions de travail » et «  Sécurité » du VOW/QFT, qui maximisent en définitive la performance individuelle et organisationnelle, via leur impact positif sur le bien-être des travailleurs.

Timing

2010 - 2012

Commanditaire

Direction de la recherche sur l’amélioration des conditions de travail (DiRACT)

Equipe de recherche

Prof. Nathalie Delobbe, Université catholique de Louvain, Research Institute of Louvain School of Management (ILSM), CRECIS

Projet de recherche

Méthode

C’est dans le secteur de la grande distribution que cette étude a été réalisée parce que, d’une part, il est possible d’y mesurer des indicateurs de performance par entités d’affaire (business units) et, d’autre part, c’est un secteur dans lequel charge physique et charge psychosociale de travail ne sont pas de vains mots. La concurrence croissante et la course à la productivité, la flexibilité des contrats et du temps de travail, la suprématie du client sont en effet susceptibles d’y détériorer les conditions de travail.

Concrètement, cette étude a interrogé plus de 1.500 salariés travaillant dans 44 magasins appartenant à deux chaînes de distribution alimentaire belges qui ont accepté de nous ouvrir leurs portes. Au total, nous avons collecté 945 questionnaires valablement complétés par des salariés représentatifs des genres, catégories d’âge et d’ancienneté, contrats, régimes horaire et fonctions présentes au sein de ces magasins (taux de réponse = 61%). Cette enquête, intégrant le VOW/QFT , a été complétée par un entretien semi-directif en face-à-face d’une heure avec chacun des directeurs de magasins, portant sur les pratiques de gestion du personnel mises en œuvre dans leur magasin et sur leur perception de la performance de celui-ci. Nous avons également rassemblé des indicateurs objectifs suivis au sein des deux enseignes pour mesurer la performance sociale, opérationnelle, commerciale et économique de chacun des magasins.

Résultats

Les résultats de l’étude tentent de répondre aux questions suivantes:

  • Quels sont les facteurs de risques affectant le bien-être au travail dans ce secteur ?
  • Le bien-être est-il un médiateur entre la perception des conditions de travail et la performance individuelle ?
  • Quel modèle RH pour des salariés heureux dans la grande distribution ?
  • Le bien-être des salariés comme composante de la performance des magasins ?

Il importe de mentionner plusieurs limites méthodologiques qui incitent à la prudence dans l’interprétation et la généralisation de nos conclusions.
D’abord, cette étude est basée sur un dispositif de recherche transversal, puisque toutes les variables ont été mesurées au même moment. Ensuite, plusieurs variables tierces non contrôlées dans cette étude sont susceptibles de constituer un facteur explicatif commun rendant compte tout à la fois du bien-être des salariés et de la performance des magasins. Le terrain spécifique sur lequel a été menée cette étude, à savoir celui de la grande distribution, limite également la généralisabilité des conclusions à d’autres secteurs. Enfin, une dernière limite que nous soulignerons a trait à la taille relativement réduite de l’échantillon de magasins ayant participé à cette étude (N=44, parfois moins pour certaines analyses).

En conclusion

Cette étude menée dans deux enseignes particulières de la grande distribution belge confirme qu’il est à la fois possible et profitable pour l’entreprise de mettre en place des conditions de travail et des pratiques de gestion préservant le bien-être des salariés de ce secteur. Les bénéfices majeurs que l’on peut attendre d’une politique de promotion du bien-être ont essentiellement trait à une réduction des taux objectifs d’absentéisme du personnel et à une amélioration de la satisfaction de la clientèle.

Concernant la nature des pratiques propices au bien-être des salariés dans ce secteur, les pistes à explorer semblent s’éloigner tant des croyances managériales, préconisant une palette assez convenue de pratiques de GRH dites « hautement performantes », que des arguments souvent critiques des défenseurs des salariés à l’égard des diverses formes de flexibilité. Ce modèle de pratiques vertueuses, à inventer, s’éloigne assurément des tendances formalisatrices et centralisatrices caractéristiques des pratiques de gestion dans ce secteur et paraît encourager au contraire le renforcement d’un management de proximité, plus souple et personnalisé, et un enrichissement des tâches par une redécouverte du métier ancestral de l’épicier polyvalent.

Publication(s)

Projet HUT/DIRACT/2010/AP/3: Le bien-être au travail est-il un facteur de performance organisationnelle ? Une étude multi-niveaux dans le secteur de la distribution alimentaire belge.
Nathalie Delobbe, professeur, Roxane De Hoe, assistante de recherche, Université catholique de Louvain, Octobre 2012.

Renseignements complémentaires

Si vous souhaitez obtenir des informations supplémentaires au sujet de cette recherche ou des publications, vous pouvez prendre contact avec la Direction de la Recherche sur l'Amélioration des Conditions de Travail (DIRACT), Rue E. Blérot 1 - 1070 Bruxelles, alain.piette@emploi.belgique.be.

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale - Conditions d'utilisation - Politique de confidentialité - Plan du site

AnySurfer, label de qualité belge pour les sites web accessibles