NL | FR | EN | DE
Contact | Actualités | Lettre d'information | Recherche avancée     .be
Vers la page d'accueil
Chercher

Nanoparticules sur le lieu de travail

Présentation

La nanoscience et la nanotechnologie peuvent être définies comme l’étude, le développement et l’utilisation de nanomatériaux ou de nanoparticules. Les nanoparticules sont des particules dont au moins une dimension est inférieure à 100 nm (nm = 10-9 m). Du fait de leur très petite taille, les nanoparticules disposent d’une surface de contact relativement grande à l’égard de leur volume. Les nanoparticules possèdent à la fois des propriétés chimiques et de surface particulières. Les nanoparticules peuvent donc être particulièrement réactives. Leur réactivité et leurs propriétés optique, électrique et magnétique peuvent différer dans une grande mesure de celles des matériaux de même composition chimique mais de plus grande dimension.

Applications

Les nanoparticules sont présentes à l’état naturel depuis des milliards d’années. Les cellules vivantes sont remplies de structures avec des nanodimensions. Les nanoparticules peuvent naître par exemple dans le feu ou lors de la soudure du métal.
Avec la nanotechnologie et ses applications, les nanoparticules et nanomatériaux sont produits, transformés et utilisés de manière intentionnelle.
Des nanoparticules de toutes formes (comme par exemple les nanotubes), et de propriétés chimiques diverses sont développées par les centres de recherche et les laboratoires industriels.  Quelques nanomatériaux ont déjà été commercialisés. C’est le cas notamment des nanoparticules de dioxyde de titane que l’on retrouve en tant qu’absorbeurs des rayons UV dans les crèmes de protection solaire. D’autres applications prometteuses qui pourront être développées par de la nanotechnologie sont par exemple les implants, des vêtements et fenêtres autonettoyantes ou des puces d’ordinateurs.

Risques pour la santé

A l’heure actuelle, il n’est pas possible de savoir à partir de quand il existe un risque excessif pour la santé suite à l’exposition aux nanoparticules. Outre les doses et les dimensions de ces particules, leur composition élémentaire joue aussi un rôle crucial.
Des études supplémentaires seront nécessaires pour obtenir une vue d’ensemble de la situation et réduire les risques liés aux nanoparticules. Les méthodes classiques  pour classifier des substances sur base de leurs propriétés dangereuses ne permettent pas de répondre aujourd’hui à la question de la dangerosité des nanoparticules.

Le Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale apporte sa contribution  à la recherche sur les risques pour la santé pour l’homme lors de l’exposition aux nanoparticules via le Laboratoire de Toxicologie industrielle (LTI).

Nanoparticules sur le lieu de travail

Les travailleurs constituent le premier groupe exposé aux nouvelles productions nanotechnologiques. Il n’existe pas encore de méthode qui permette de mesurer, de manière univoque, les risques liés à l’exposition  aux nanoparticules sur le lieu de travail. Une série de mesures types et d’analyses peuvent cependant être menées. Celles-ci peuvent apporter des réponses à certaines questions bien définies en rapport avec les risques pour la santé suite à l’exposition aux nanoparticules.
Si l’on tient compte du principe de précaution, il faut prendre des mesures pour protéger le travailleur. Quelques institutions ont déjà rédigé un certain nombre de directives relatives à la manipulation des nanomatériaux sur le lieu de travail.

Plus d’information sur ce site

Vous trouverez plus d’information sur les nanoparticules, les risques pour la santé ainsi que les recommandations sur la manipulation des nanoparticules dans le thème : Bien-être au travail, Agents chimiques, cancérogènes et mutagènes, Nanoparticules.

Renseignements complémentaires

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale - Conditions d'utilisation - Politique de confidentialité - Plan du site

AnySurfer, label de qualité belge pour les sites web accessibles