NL | FR | EN | DE
Contact | Actualités | Lettre d'information | Recherche avancée     .be
Vers la page d'accueil
Chercher

Dispositions particulières relatives aux dépôts de liquides inflammables

Explication sur l'arrêté royal du 13 mars 1998 relatif au stockage de liquides extrêmement inflammables, facilement inflammables, inflammables et combustibles 

L'arrêté royal est destiné à être inséré dans le Code sur le bien-être au travail et à remplacer la réglementation existante (les articles 575 jusque 634 du RGPT). En effet, ces articles étaient très anciens et ne tenaient pas compte de l'évolution de la technique actuelle.

Les différences les plus importantes par rapport à l'ancienne réglementation sont:

  • un champ d'application précis, aussi bien en ce qui concerne les entrepôts mêmes (entrepôts ouverts et fermés, exclusions) que la nature des liquides (répartition en liquides extrêmement inflammables, facilement inflammables, inflammables et combustibles);
  • l'arrêté même impose plutôt des principes, tandis que les annexes contiennent plutôt des obligations détaillées, parfois exprimées en chiffres;
  • le stockage dans des caissons de sécurité est autorisé;
  • des prescriptions réalistes pour le contenu de l'encuvement lors du stockage dans des récipi-ents mobiles;
  • une référence souple aux normes de construction des réservoirs (pas de normes nominatives imposées);
  • prescriptions générales du contrôle périodique des réservoirs: on n'impose plus de méthode de contrôle bien déterminée, mais on réfère aux normes de construction;

Les prescriptions de cet arrêté sont rédigées en termes généraux, de sorte qu'il n'y a pas de contradiction avec la réglementation des régions pour le stockage de liquides inflammables.

Les mesures transitoires sont conçues de telle sorte que les réservoirs ou citernes qui ont fait l'objet d'une autorisation d'exploitation ou d'environnement réglementaire peuvent rester en service. Si pour un réservoir existant on ne peut pas fournir la preuve qu'il est construit selon un code de bonne pratique ou selon les règles de l'art, une épreuve d'étanchéité périodique (au moins une fois tous les cinq ans) par un expert s'impose.

Explications spécifiques

Renseignements complémentaires

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale - Conditions d'utilisation - Politique de confidentialité - Plan du site

AnySurfer, label de qualité belge pour les sites web accessibles