NL | FR | EN | DE
Contact | Actualités | Lettre d'information | Recherche avancée     .be
Vers la page d'accueil
Chercher

Groupements d'employeurs

 

Notion    

Deux ou plusieurs employeurs peuvent, dans le cadre d’un groupement d’employeurs, recruter conjointement des travailleurs afin de les occuper simultanément ou alternativement chez chacun d’entre eux. A cet égard, on parle aussi parfois de co-sourcing ou de partage de travailleurs.  

Le travailleur ne conclut qu’un contrat de travail avec le groupement d’employeurs qui est, juridiquement, le seul employeur qui met le travailleur à la disposition des entreprises membres du groupement.  

Pour pouvoir procéder de la sorte, le groupement d’employeurs doit répondre à une série de conditions et doit préalablement obtenir l’autorisation du Ministre de l’Emploi.

Autorisation 

Dans la mesure où le système des groupements d’employeurs constitue une dérogation au principe de l’interdiction de la mise à disposition de travailleurs, les employeurs qui veulent s’associer pour former un groupement d’employeurs doivent préalablement obtenir l’autorisation du Ministre de l’Emploi.  

Cette autorisation est soumise à l’avis préalable d’un organe paritaire au sein du conseil national du Travail. Dans un délai de vingt jours à compter de la réception de cet avis, le Ministre communique sa décision par lettre recommandée.  

La décision d’autorisation entre en vigueur le troisième jour ouvrable qui suit l’envoi de la lettre recommandée.  

Le Ministre précise la durée de l’autorisation et désigne la commission paritaire dont les travailleurs du groupement d’employeurs ressortiront:  

  • lorsque tous les membres du groupement relèvent de la même commission paritaire, le Ministre est obligé de désigner cette commission paritaire;  
  • lorsque tous les membres du groupement d’employeurs ne relèvent pas de la même commission paritaire, le Ministre détermine sur l’avis du Conseil national du Travail la commission paritaire du groupement d'employeurs parmi les commissions paritaires dont relèvent les membres du groupement d'employeurs.  

Le Ministre peut mettre fin à l’autorisation lorsque le groupement d’employeurs ne respecte pas les conditions fixées dans l’autorisation ou les obligations légales, réglementaires ou conventionnelles qui lui sont imposées.  

Les demandes d’autorisations peuvent être introduites jusqu’au 30 juin 2017, étant donné que le système doit être évalué. Les autorisations accordées jusque-là restent d’application pour la durée pour lesquelles elles ont été accordées.  

Note relative à l’introduction de la demande d’autorisation 

Forme et conditions d'application

Le groupement d’employeurs doit avoir la forme d’un groupement d’intérêt économique ou d’une association sans but lucratif et avoir pour objet social unique la mise de travailleurs à la disposition de ses membres.  

Le groupement d'employeurs ne peut mettre ses travailleurs qu'à la disposition d'employeurs qui sont membres du groupement d'employeurs.  

Les membres du groupement d'employeurs sont solidairement responsables des dettes fiscales et sociales à l'égard des tiers, ainsi qu'à l'égard des travailleurs qui sont mis à la disposition des membres du groupement d'employeurs par le groupement d'employeurs.  

Le groupement d'employeurs ne peut pas mettre à disposition des travailleurs auprès d’un de ses membres en cas de grève ou lock-out chez ce même membre.  

Enfin, le groupement d'employeurs peut faire appel à l'intervention d'un organisateur externe spécialement agréé en tant que spécialiste du marché du travail pour les aspects organisationnels et administratifs de sa mission. Si cet organisateur externe exerce également les activités de travail intérimaire, la législation sur le travail intérimaire ne s'applique pas aux activités exercées dans le cadre exclusif du groupement d'employeurs.

Conditions de travail

Contrairement à la réglementation antérieure relative aux groupements d’employeurs, il peut être fait appel à tous les profils et professions. Un groupement d’employeurs peut donc engager n’importe quel travailleur et n’est plus limité au groupe-cible des travailleurs difficiles à placer (demandeurs d’emploi de longue durée, bénéficiaires du revenu d’intégration ou de l’aide sociale financière).  

Les travailleurs engagés doivent recevoir un contrat de travail écrit et ce, avant le début de l’exécution de leur contrat de travail. Dans ce contrat de travail, il doit être explicitement mentionné qu’il est conclu par l’employeur en vue d’être mis à la disposition des membres du groupement.  

Le contrat de travail peut être conclu pour une durée indéterminée, pour une durée déterminée ou pour un travail nettement défini.  

La durée hebdomadaire minimale de travail doit être de 19 heures, ce qui signifie qu’il peut être conclu un contrat de travail à temps partiel.  

Le travailleur d’un groupements d’employeurs qui, avant son engagement était demandeur d’emploi de longue durée, bénéficiaire d’un revenu d’insertion ou d’une aide sociale financière  peut, par dérogation aux délais de préavis usuels, mettre fin à son contrat de travail moyennant préavis de sept jours, à compter à partir du jour suivant la notification de sa démission. Cette possibilité ne vaut pas pour les travailleurs qui sont chargés de la direction et de la surveillance des autres travailleurs mis à la disposition de l'utilisateur par le groupement d’employeurs.  

Pour tous les autres travailleurs du groupement d’employeurs les règles normales en matière de délai de préavis sont d’application.    

Obligations de l'utilisateur 

Le contrat conclu entre le groupement d’employeurs et l’utilisateur membre du groupement doit être conclu par écrit avant que le travailleur ne soit mis à la disposition de l’utilisateur.  

Ce contrat mentionne la durée de la mise à disposition, dont la durée ne peut dépasser la durée de l’autorisation donnée par le Ministre. Le contrat peut être renouvelé dans les limites de l’autorisation donnée par le Ministre.  

Pendant la durée de la mise à disposition, l’utilisateur est responsable de l’application des dispositions de la législation en matière de réglementation et de protection au lieu de travail.  

L'utilisateur et le travailleur mis à sa disposition sont considérés comme engagés dans les liens d'un contrat de travail à durée indéterminée lorsque :  

  1. l'utilisateur continue à occuper un travailleur alors que le groupement d'employeurs lui a notifié sa décision de retirer ce travailleur;
  2. le travailleur est occupé par l'utilisateur en dehors de la période prévue par le contrat que ce dernier a conclu avec le groupement d’employeurs ou en dehors de la période de validité de l'autorisation donnée par le ministre.

Références légales 

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale - Conditions d'utilisation - Politique de confidentialité - Plan du site

AnySurfer, label de qualité belge pour les sites web accessibles