NL | FR | EN | DE
Contact | Actualités | Lettre d'information | Recherche avancée     .be
Vers la page d'accueil
Chercher

Explication concernant la loi bien-être

Loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail

La loi constitue la base d'une réforme approfondie de la législation sur la sécurité et la santé au travail. Les points principaux sont :

  • Chaque employeur doit mener une politique du bien-être basée sur les principes généraux (éviter les risques, les supprimer ou réduire à la source, préférer les mesures de protection collectives aux individuelles, veiller à la formation et l'information des travailleurs). Cette politique doit être intégrée dans le management complet de l'entreprise.
  • Afin de détecter des risques pour les travailleurs, chaque employeur doit disposer d'un Service interne pour la prévention et la protection au travail. Pour certains aspects de cette mission, l'employeur devra cependant faire appel à un Service externe pour la prévention et la protection au travail.
    Ces services externes, dans lesquels diverses disciplines sont représentées, sont chargés de l'évaluation des risques. Au sein de ces services, des sections, agréées par les Communautés, sont chargées de la surveillance médicale des travailleurs;
  • Des services externes pour les contrôles techniques sur le lieu de travail.
  • Réglementation relative au travail avec des tiers (travail sous contrat, sous-traitants), plus précisément l'échange d'informations et la coordination entre le maître d'ouvrage et l'employeur-tiers ou l'indépendant.
  • Activités des intérimaires chez les utilisateurs.
  • Réglementation relative aux chantiers temporaires ou mobiles : relations entre les différents intervenants lors de la mise sur pied d'un chantier, désignation des coordinateurs sécurité et santé (projet + réalisation).
  • Le Conseil supérieur pour la prévention et la protection au travail.
  • Le Comité pour la prévention et la protection au travail, avec comme différences par rapport à la précédente réglementation :
    • Dans les entreprises de plus de 50 travailleurs où aucun comité n'est institué, les missions du comité sont exécutées par la délégation syndicale;
    • Lorsqu'il n'y a pas de comité ou de délégation syndicale, les travailleurs eux-mêmes sont directement consultés.
  • Réglementation relative à la prévention des risques psychosociaux au travail, dont le stress, la violence et le harcèlement moral ou sexuel au travail.
  • Mesures pour prévenir la répétition des accidents du travail graves.

Renseignements complémentaires

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale - Conditions d'utilisation - Politique de confidentialité - Plan du site

AnySurfer, label de qualité belge pour les sites web accessibles