NL | FR | EN | DE
Contact | Actualités | Lettre d'information | Recherche avancée     .be
Vers la page d'accueil
Chercher

La Belgique ratifie trois conventions de l'Organisation internationale du Travail

21-06-2017

Le Vice-Premier ministre et ministre de l'Emploi Kris Peeters a signé le 14 juin 2017, au nom de notre pays, trois conventions de l'Organisation internationale du Travail (OIT). Cette signature a eu lieu en marge d'une assemblée de l'OIT à Genève. Ces conventions portent sur les conditions de travail dans l'horeca, la sécurité au travail et la sécurité sociale.
Kris Peeters: « Notre pays figure en quatrième place parmi les pays qui signent le plus de conventions de l'Organisation internationale du Travail. C'est important pour le statut international de notre pays. Nous ne pouvons pas demander à d'autres pays de consentir des efforts en termes d'amélioration des conditions de travail si nous-mêmes ne donnons pas le bon exemple. »

Les trois nouvelles conventions que notre pays a ratifiées sont les suivantes :
 

  • Convention n°172 concernant les conditions de travail dans les hôtels, restaurants et établissements similaires
  • Convention n°170 concernant la sécurité dans l'utilisation des produits chimiques au travail
  • Convention n°128 concernant les prestations d'invalidité, de vieillesse et de survivants

Substances cancérigènes

Les dispositions des conventions sont déjà implémentées dans la législation belge. Aucune modification de la loi n'est donc nécessaire.
Kris Peeters: « Toutefois, cela ne signifie pas que notre pays reste immobile. Les conventions prévoient des normes minimales et nous nous efforçons d'aller encore plus loin. Nous misons par exemple beaucoup sur la protection des travailleurs contre l'exposition aux substances chimiques dangereuses sur le lieu de travail. Nous voulons dépasser les conventions internationales, avec une législation axée sur les substances reprotoxiques. Ces substances exercent une influence néfaste sur la fécondité des hommes et des femmes. Elles devront être traitées de la même manière que les substances cancérigènes, ce qui s'accompagnera d'exigences plus élevées en ce qui concerne la protection des travailleurs. L'utilisation de substances cancérigènes doit avant tout être évitée autant que possible en les remplaçant par des matières moins dangereuses. Quand ce n'est pas faisable, il faut s'efforcer d'éviter au maximum l'exposition à ces substances en travaillant avec des systèmes fermés. Si ce n'est pas possible non plus, il convient de tout mettre en œuvre pour protéger les travailleurs concernés au moyen d'équipements de protection collective ou, au besoin, individuelle. Il s'agit, par exemple, de l'installation de systèmes d'extraction ou de la mise à disposition de vêtements et de masques de protection. »

Rôle précurseur au niveau international

En ratifiant ces trois conventions supplémentaires, notre pays a aujourd'hui signé un total de 111 conventions de l'OIT. La Belgique joue assurément un rôle pionnier au niveau international sur les plans du travail faisable, de la sécurité au travail et de la sécurité sociale. C'est pourquoi le fait que la Belgique ait ratifié ces conventions constitue un signal fort sur le plan international.

 

Source: communiqué de presse du Cabinet du ministre de l'Emploi

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale - Conditions d'utilisation - Politique de confidentialité - Plan du site

AnySurfer, label de qualité belge pour les sites web accessibles