NL | FR | EN | DE
Contact | Actualités | Lettre d'information | Recherche avancée     .be
Vers la page d'accueil
Chercher

Approbation du dossier de restructuration chez Ford Genk

13-09-2013

Suite à un avis unanimement positif des partenaires sociaux dans la Commission compétente pour le Chômage avec Complément d’Entreprise (CCE), la Ministre de l’Emploi Monica De Coninck a approuvé ce 12 septembre 2013 le dossier de restructuration de Ford Genk.

Les travailleurs qui ont 52 ans au moment de la fermeture entrent en ligne de compte pour bénéficier du CCE.

Le chômage avec complément d’entreprise, auparavant « prépension », n’est pas une pension mais un système par lequel les travailleurs licenciés reçoivent une allocation de chômage, comme tout demandeur d’emploi, plus un complément versé par l’ancien employeur, sur lequel d’importantes charges sont prélevées, lesquelles ont été augmentées récemment. Les travailleurs percevant le CCE doivent chercher activement un nouvel emploi et accepter les offres d’emplois proposées. Ils peuvent conserver le complément en guise de compensation pour les pertes de revenus inhérentes à la diminution de leur ancienneté dans leur nouveau travail.

Le Ministre de l’Emploi flamand, Philippe Muyters, compétent pour le volet de l’activation, a déjà approuvé précédemment les mesures d’accompagnement prévues dans le plan de restructuration.

Dans les entretiens qu’elle a eus avec la direction et les syndicats, la Ministre De Coninck a toujours insisté sur le fait qu’un plan social doit privilégier la remise à l’emploi des travailleurs, tout en prêtant suffisamment d’attention à la formation et à l’accompagnement à l’emploi. La Ministre a toujours insisté sur le fait que le CCE ne peut constituer qu’une partie finale d’un tel plan social et qu’un investissement supplémentaire dans la formation est une condition indispensable.

Elle se réjouit dès lors du fait que Ford Genk ait, avec l’aide des syndicats, élaboré un plan de recyclage et de formation pour les années 2013-2014. Par conséquent, les travailleurs concernés obtiennent déjà un accompagnement et une formation avant l’entrée en vigueur du licenciement effectif.

Dans l’accord gouvernemental, le gouvernement fédéral a décidé de porter l’âge minimum pour bénéficier du CCE à 60 ans avec 40 ans d’ancienneté. A partir de 2013, l’âge minimum passe de 50 ans à 55 ans pour les entreprises en restructuration. Une période de transition est encore uniquement prévue pour les restructurations de grande ampleur si un département complet ou une unité d’exploitation technique ferme complètement ses portes (52.5 ans en 2013, 53 ans en 2014,…).

Etant donné que la direction de Ford Genk et les fournisseurs ont annoncé la fermeture de l’usine à l’automne 2012, ce dossier relève toujours de l’ancien régime.

La Ministre témoigne son respect aux travailleurs de Ford Genk qui, malgré les réductions de salaires acceptées ces dernières années et des circonstances émotionnellement difficiles, sont restés entièrement concentrés sur leur travail et ce, jusqu’au dernier jour. Ils prouvent ainsi qu’ils auraient préféré pouvoir rester travailler et qu’ils veulent maintenant travailler ailleurs le plus vite possible.

Monica De Coninck: « Je comprends l’inquiétude concernant les travailleurs de 50 ans et plus qui ne sont plus actifs sur le marché du travail et appelle donc également les services d’accompagnement compétents et les employeurs à donner à ces travailleurs des opportunités de travailler durablement ».
 

Source: communiqué de presse du cabinet de la ministre de l'Emploi

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale - Conditions d'utilisation - Politique de confidentialité - Plan du site

AnySurfer, label de qualité belge pour les sites web accessibles