NL | FR | EN | DE
Contact | Actualités | Lettre d'information | Recherche avancée     .be
Vers la page d'accueil
Chercher

Lettre d'information indicateurs à court terme - août 2010(1)

Indicateurs à court terme marché du travail

Août 2010

D’une détérioration conjoncturelle du marché du travail à une reprise sans emploi ?


Durant le mois de mai 2010 on a recensé en moyenne 470.468 demandeurs d’emplois inoccupés indemnisés  (D.E.I.I.); ce qui représente une augmentation de 5.054 unités (+1,1%) sur base mensuelle et une augmentation de 10.695 unités (+2.3%) sur base annuelle.

Alors que ce sont les hommes qui ont le plus souffert de la crise; avec une augmentation des D.E.I.I. sur base annuelle de 3,8% pour les hommes et de seulement 0,8% pour les femmes; la tendance semble s’inverser avec une évolution par rapport au mois précédent légèrement plus importante pour les femmes.

En outre pendant que la détérioration du marché du travail européen semble s’arrêter et qu’on arrive à un moment charnière où la tendance pourrait s’inverser, la situation de notre marché du travail continue de se détériorer. En effet le taux de chômage harmonisé belge a augmenté de 0,3 point de pourcentage depuis le début de l’année alors que celui de l’Union Européenne et de la Zone Euro n’ont augmenté, durant la même période, que de 0,1 point de pourcentage.

Le taux de chômage harmonisé des jeunes reste quant à lui à un niveau très élevé: il est de 23,8% en mai 2010, soit 2,4 points de pourcentage de plus que l’année dernière.

Selon l’OCDE le risque est grand pour notre pays, comme pour d’autres, d’avoir une reprise sans emploi. En effet l’utilisation massive des mesures de chômage temporaire ont eu un rôle déterminant dans la rétention de main d’œuvre au sein des entreprises.

L’autre indicateur important du marché du travail qu’est le nombre de postes vacants reste à un niveau trop bas pour une reprise durable sur le marché de l’emploi. En comparant avec le niveau d’avant la crise (septembre 2008), le nombre d’emplois vacants a diminué de 14.159 unités (-23%).

Une bonne nouvelle provient néanmoins des chiffres de l’Enquête sur les forces de travail pour le premier trimestre 2010, l’emploi progresse dans le Royaume de 16.000 unités (+0,4%) par rapport au trimestre précédent et de 52.000 unités (+1,2%) par rapport à l’année précédente.

Enfin nous avons la première estimation fondée sur des méthodes scientifiques du nombre d’emplois préservés par le chômage temporaire. L’OCDE estime à 43.317 le nombre absolu d’emplois permanents sauvés par les mesures de chômage partiel en Belgique.

Pour terminer la BNB estime que les pertes d’emplois nettes seront de 12.900 unités en 2010 et que l’emploi ne recommencera à progresser de nouveau qu’en 2011. Le taux de chômage harmonisé devrait être de 8,3% en 2010 et de 8,7% en 2011 et ce malgré une croissance attendue du PIB de 1,3% en 2010 et de 1,7% en 2011.

Plus d'information

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale - Conditions d'utilisation - Politique de confidentialité - Plan du site

AnySurfer, label de qualité belge pour les sites web accessibles